Les chutes chez les personnes âgées

chuteAucune chute ne doit être prise à la légère !
Même si votre parent ne se plaint pas et ne présente aucun symptôme inquiétant, il lui faut consulter un médecin.
En effet, avec l’âge, la perception de la douleur se modifie et peut se ressentir chez la personne âgée comme un incident sans gravité bien qu’il ne le soit peut-être pas. De plus, la personne âgée aura souvent tendance à minimiser le sérieux de sa chute par crainte de se voir imposer des aides à domicile voire la maison de retraite…

Les chiffres :

Les chutes sont la première cause de mortalité chez les plus de 65 ans.
Chaque année en France, près de 400 000 personnes âgées font une chute accidentelle, 12000 d’entre elles en décèdent.
Plus de 10% des chutes provoquent une fracture (une fois sur trois, une fracture du col du fémur)
Le risque de chute augmente avec l’âge et passe de 35% chez les personnes de 65 à 79 ans a 45% entre 80 et 89 ans, 55% chez les personnes de plus de 90 ans.

Après une chute, le risque de tomber à nouveau dans la même année est multiplié par 20.

Les types de chutes :

Elles sont au nombre de 3 :

  • Les chutes dites lourdes : il s’agit d’une perte d’équilibre liée à un choc entraînant une chute rapide
  • La chute molle : perte d’équilibre qui laisse à la personne le temps de se retenir (à un meuble par exemple ou à une autre personne)
  • La chute syncopale : survient après un malaise, une perte de connaissance.

Plus le temps passe au sol est long, plus la chute aura un impact et des conséquences graves, il est donc important de déceler la chute et de la prévenir au maximum afin de maintenir la personne âgée autonome le plus longtemps possible.
Pour cela, il faut dans un premier temps en connaitre les raisons principales

Les principales causes de chutes :

Les chutes surviennent le plus souvent lors des activités quotidiennes sans risque apparent :

  • lors de la toilette: un carrelage glissant, un étourdissement dû à la chaleur, la difficulté de sortir de la baignoire,…
  • les obstacles au sein du domicile: tapis, fils électriques traînant sur le sol, mauvais éclairage, meubles placés sur le chemin,…
  • suite à une prise de médicaments ou à une consommation d’alcool inhabituelle et chez les personnes ayant des troubles de vigilance, …
  • un manque de sensibilité de la plante du pied: liées à l’âge (amincissement du revêtement cutané plantaire, sécheresse fragilisant la peau, escarres…) et la difficulté chez  les personnes âgées de se baisser et par conséquent de bien s’occuper de leurs pieds (ce qui favorise la formation de corne et entraîne une difficulté à percevoir les différences de niveau du sol).
  • chaussures mal adaptées ou chaussons ayant tendance à glisser du pied,
  • troubles de la vue: dégénérescence maculaire, myopie,…
  • troubles de l’équilibre ou de la marche: arthrose, séquelles d’un AVC, maladie de Parkinson,…
  • matériel mécanique défaillant: usure de l’extrémité de la canne, déambulateur mal équilibré ou abîmé,…
  • une faiblesse musculaire: difficultés à se lever de son lit ou d’une chaise.
  • un malaise pouvant être lié à une petite crise cardiaque (syndrome du sinus carotidien provoquant des troubles du rythme cardiaque et une baisse rapide de la pression artérielle) ou un mini AVC.

Les conséquences :

Les conséquences de la chute chez la personne âgée sont fonction de sa fragilité  et des  circonstances de la chute.

Les conséquences immédiates :

consequencesFracture du col du fémur: selon l’Inserm, plus de 50000 chutes causent une fracture du col du fémur, entraînant souvent de sérieuses conséquences et une perte importante d’autonomie. Ce type de fracture entraine souvent une opération chirurgicale avec les risques liés aux effets secondaires de  l’anesthésie ainsi que l’exposition à certains types d’infections.

Contusions, plaies, luxations : moins graves que la fracture, elles laissent cependant cicatrices et marques ainsi qu’être douloureuses et gênantes.

L’immobilisation au sol : dans le cas où la personne est seule et incapable de se relever sans aide, l’immobilisation prolongée peut avoir des conséquences importantes si la personne âgée n’est pas secourue rapidement.

Déshydratation, dénutrition (avec des conséquences métaboliques et rénales).

Impossibilité de prendre son traitement, ce qui peut avoir de graves répercussions chez les personnes atteintes de diabète, de maladie cardio vasculaire, d’une maladie chronique ou de difficultés respiratoires.

Risque d’hypothermie : lorsque la maison n’est pas assez chauffée ou sur un carrelage.

Les répercussions :

  • Perte de confiance en soi: la personne âgée peut refuser de se déplacer seule par crainte de retomber, ce qui peut engendrer une régression des capacités psychomotrice et donc à une perte d’autonomie.
  • La baisse d’activité : va engendrer une diminution de la masse musculaire, se déplacer devient de plus en plus difficiles et la fragilité de la personne âgée va en augmentant jusqu’à une perte totale de la marche.

 

Cet état nommé «syndrome post-chute» nécessite une intervention médicale rapide qui dans 40% des cas aboutira à une hospitalisation voire à un décès.

angoisses

  • L’anxiété, les angoisses: la peur ressentie lors de la chute, alors que la personne âgée se trouvait seule et sans défense, la personne âgée peut se souiller car incapable de se rendre aux toilettes ce qui va provoquer un fort malaise vis-à-vis des personnes venues la secourir, le traumatisme d’une intervention des pompiers ou du SAMU (porte défoncée, traitement médical d’urgence, bruit et agitation autour de la personne âgée). Tout cela peut plonger la personne âgée dans un état dépressif : tristesse, repli sur soi, troubles alimentaires et du sommeil,…
  • Un appauvrissement de la vie sociale de la personne âgée : qui va augmenter l’isolement et la solitude souvent mal vécue par les personnes devenues dépendantes.

Les chutes peuvent  souvent être évitées par des précautions et des arrangements assez simples, mais pouvant être onéreux.

L’APA (aide personnalisée d’autonomie) peut prendre en charge une partie des frais engendrés. Pour cela, il faut se tourner vers le conseil général du département de la personne âgée.

Prévenir les chutes :

Réorganiser et aménager le lieu de vie de la personne : les précautions à prendre :

canne

  • Vérifier le bon éclairage des pièces de la maison.
  • Les escaliers: installer une rampe si ce n’est déjà fait voire un monte-escaliers.
  • La salle de bains: le lieu privilégié des chutes… penser à installer des barres d’appui, un revêtement antidérapant, privilégier la douche a la baignoire et veiller à ce qu’il n’y ait pas de rebord pour y accéder, installer, au besoin, un rehausseur sur les toilettes.
  • Accessibilité des produits quotidiens: les ranger pour qu’ils soient à portée de main, vérifier l’accessibilité des vêtements, des interrupteurs, de la hauteur des sièges et divans ainsi que de leur bon état.
  • Désencombrement des lieux de passage: fils électriques trainant par terre, meubles au milieu de la pièce, bords tranchants de tables ou commodes,…
  • Chaussures et chaussons adaptés : prévenir la personne âgée de ne pas marcher pied nus, d’avoir des chaussures et chaussons adaptés (avec maintien au pied et au talon, avec semelle fine et antidérapante) et d’éviter les talons.
  • Organiser canne ou déambulateur: qui peuvent faciliter la marche et diminuer les risques de chute.

Comment réagir en cas de chute :

Conseils pour la personne âgée :

Se relever :
Pliez une jambe, puis roulez sur le coté.
Retournez-vous sur le ventre.
Mettez un genou à terre, l’autre jambe étant tendue, puis mettez-vous à 4 pattes.
Hissez-vous en prenant appui sur une chaise ou une table ou encore une rampe.

Conseils pour les aidants :

Si la personne est consciente, demandez-lui comment elle se sent, si elle éprouve des douleurs et si oui, à quel niveau.
Essayez de déterminer avec elle les causes de sa chute.
N’essayez pas de la relever seule et sans aide.
Si elle se plaint de douleurs à la tête, au cou ou au niveau des membres, ne la bougez pas et contactez les pompiers ou le SAMU.
Si elle est inconsciente, couvrez la mais ne la bougez pas et appelez rapidement les secours.

Pour une intervention rapide suite à une chute de la personne âgée, vous pouvez aussi faire appels aux outils technologiques développés autour des problèmes lies aux chutes (téléassistance, télé-alarme, détecteurs de mouvement,..).
Ces outils sont nombreux et de plus en plus sophistiqués et malheureusement assez onéreux pour les plus perfectionnés.

Pour plus d’information, pour toute question, vous pouvez nous contacter au : 01.82.88.79.79 ou sur notre numéro vert : 0805 083 083 ou encore par email : contact@assistance-retraite.net